Notre démarche

Une étude comme celle de l’impact du marché de l’occasion est une démarche complexe soumise à certaines conditions. Il convient donc de les expliquer en apportant quelques précisions.

Économies potentielles d’émissions

Les émissions économisées sont considérées comme des bénéfices potentiels sur le climat. Il est difficile de garantir que le commerce de l’occasion entraîne une baisse de fabrication de nouveaux produits et que chaque article invendu sur l’un des sites Schibsted finit à la décharge. Par conséquent, les émissions économisées sont considérées comme des bénéfices potentiels sur le climat. »

Indicateur d’analyse

L’étude se fonde sur :

  • les émissions liées à l’extraction des matières premières
  • la production de matériaux
  • la gestion des déchets de produits types
  • le transport des marchandises entre vendeurs et acheteurs
  • l’exploitation de tous les sites

Indicateurs exclus de l’analyse

L’étude ne tient pas compte de :
• l’utilisation du produit, par exemple la consommation de carburant d’une voiture, n’est pas incluse. Cette distinction a lieu car l’étude se concentre sur le commerce des marchandises, pas sur leur utilisation.
• l’impact climatique des visiteurs du site, à savoir la consommation d’énergie nécessaire à la consultation d’un site, n’est pas incluse dans le calcul 2015.

Le cycle de vie d’un produit

L’étude tient compte des spécificités de la catégorie voitures, celles-ci pouvant être revendues à plusieurs reprises, et les calculs ont ainsi été ajustés en conséquence.

Le commerce d’occasion permet d’éviter deux sources de nouvelles émissions :

  • la production d’une nouvelle voiture
  • la gestion de la voiture mise au rebut

Jusqu’à l’âge de 20 ans, une voiture peut toujours être considérée comme viable sur le plan environnemental. Ce qui signifie que vous pouvez acheter et revendre une voiture vieille de 20 ans et continuer de réduire votre empreinte carbone. La majorité des émissions associées au cycle de vie d’un véhicule est associée à sa production.

Taux de réutilisation des voitures :

Pour la catégorie voiture, un ajustement de calcul a été réalisé pour parvenir à un scénario plus réaliste. Dans la réalité, les voitures sont normalement revendues à plusieurs reprises (quel que soit le marché), ce qu’illustre le taux de réutilisation. Ceci correspond au taux de renouvellement du parc automobile national pendant la durée de vie moyenne d’une voiture.

Facteurs inclus dans le calcul :

  • 5,4 millions de voitures d’occasion sont revendues chaque année dans des transactions privées en France.
  • La durée de vie moyenne d’une voiture en France est de 15 ans.
  • Le parc automobile national s’élève à 32 millions de voitures

Calcul du taux de réutilisation :

  • En 15 ans, 5,4 millions de voitures ont changé de propriétaire chaque année  (15 ans x 5,4 millions = 81 millions)
  • Ce qui signifie que chaque voiture a été vendue en moyenne 2,5 fois au cours de son cycle de vie (81 millions/32 millions = 2,5)