Des données au dioxyde de carbone

Pour calculer l’impact du marché de l’occasion sur nos principes de consommation, nous devons disposer de données climatiques et les associer à chaque produit vendu sur les sites de vente d’occasion. Dans ce but, nous analysons le cycle de vie des différents produits et nous étudions les matériaux qui entrent dans leur composition, les processus de fabrication ainsi que les déchets générés par la production et la mise en décharge. Toutes les données sont ensuite converties en kilogrammes d’équivalent dioxyde de carbone.

L’analyse du cycle de vie est une méthode reconnue en matière de recherche climatique. L’examen des produits vendus sur nos marchés s’appuie sur des calculs et conversions spécifiques.
Afin de générer des données climatiques sur l’extraction des matières premières, la production des matériaux et la gestion des déchets, IVL a défini des répartitions matérielles pour les différentes catégories de produits sur chaque site. Pour chaque catégorie, des tests aléatoires ont été effectués sur 10 à 50 annonces. Celles-ci ont été analysées et la répartition matérielle moyenne des produits calculée. Par exemple, un produit moyen de la catégorie « Canapés et fauteuils » se compose de : 30 % de bois, 11 % d’acier, 18 % de polypropylène, 20 % de polyuréthane, 10 % de polyester, 7 % de coton, 3 % de cuir et 1 % de laine.

Dans l’ensemble, 20 répartitions matérielles ont été réalisées, chacune représentative d’au moins une catégorie de produits sélectionnée. Notons cependant que plusieurs catégories de produits peuvent s’inscrire dans une même répartition matérielle. Par exemple, des produits comme un autoradio et une chaîne hi-fi auront une répartition matérielle similaire, bien que faisant partie de catégories différentes.

Base de calcul

Pour chaque matériau, nous avons calculé les données climatiques pour l’extraction des matières premières, la production du matériel et la gestion des déchets. Le total a été converti en kilogrammes d’équivalent dioxyde de carbone (C02e). Ce chiffre a ensuite été multiplié par le poids moyen par annonce afin de calculer les kilogrammes de CO2e par annonce. Cette valeur d’émission constitue une norme en matière d’émissions économisées par un produit qui n’a pas eu besoin d’être fabriqué. Elle constitue la base de calcul des bénéfices sur le climat (émissions économisées) pour chaque catégorie de produit sur chaque site.

Transport et exploitation

L’impact du transport des marchandises entre le vendeur et l’acheteur a également été intégré au calcul – non pas en tant qu’avantage environnemental, mais comme impact négatif. Une distance moyenne de 44 kms par annonce a été calculée, sur la base de l’enquête client du site suédois Blocket, ainsi que l’impact climatique du transport par voiture (essence). L’estimation de la distance par l’étude client Blocket s’applique à tous les sites car toutes les distances recensées sur les autres marchés sont similaires ou inférieures. L’impact climatique (et non pas les bénéfices sur le climat) de l’exploitation des salles de serveurs et des bureaux a également été ajouté au calcul. Il a été défini en ajoutant l’impact climatique de la production d’électricité, tant l’électricité verte (éolien et hydraulique) que l’électricité type des pays scandinaves (nucléaire, hydroélectrique, charbon, biocarburant, etc.)

Calculateur d’empreinte carbone

Toutes les données climatiques, les données des annonces et l’impact de l’exploitation ont été intégrés dans le calculateur d’empreinte carbone mis au point par IVL ; les bénéfices potentiels sur le climat ont été calculés pour chaque catégorie.